Quelles sont les conditions de validation d’un prêt immobilier ?

Suite à la négociation des conditions liées au crédit immobilier avec votre banquier, celui-ci émettra une offre de crédit dont la validité et les modalités d’acceptation sont régies par la loi. Découvrez dans cet article les conditions nécessaires pour valider votre dossier de prêt immobilier. Lisez la suite suite pour plus d’information.

Présenter un taux d’endettement inférieur à 35 %

Le taux d’endettement est la partie de votre revenu destinée au remboursement de votre crédit immobilier. Il est préconisé de rester dans la limite de 35 % au maximum de taux d’endettement. Ce qui implique que votre revenu mensuel devra être 3 fois supérieur à la mensualité du prêt. Loin d’être une obligation pour les banques, cette règle relève plutôt d’un principe accepté par la majorité des organismes bancaires.

A lire également : Les étapes incontournables pour l'acquisition d'une maison

Par ailleurs, la banque porte également ses analyses sur la notion de « reste à vivre » de même que le « quotient familial ». Cette phase consiste en une étude approfondie des revenus et du patrimoine de l’emprunteur. Au cas où ce dernier gagnerait bien sa vie, son établissement bancaire pourra lui accorder un taux d’endettement de 35 % ou plus. S’il gagne des revenus plutôt modestes, le taux peut être revu à 30 %.

Disposer d’un apport intéressant

A voir aussi : Les points forts et faiblesses de l'investissement immobilier locatif

La banque intervient comme un individu rationnel et vous prêtera une somme d’argent limitée. Le montant de votre apport constitue donc un facteur déterminant dans sa décision d’acception ou non.

Par exemple, si votre projet nécessite une somme de 200 euros alors que votre apport s’élève à 180 euros et que le prêt bancaire se limitera à 20 euros, vous bénéficierez plus rapidement du crédit. Par contre, si l’apport est de 20 euros pour un projet de 200 euros, le processus du prêt immobilier risque de prendre assez de temps voire d’être annulé.

Respecter le délai de validité et d’acceptation de l’offre de prêt immobilier

L’offre de contrat de prêt immobilier est adressée à l’emprunter par la banque au travers d’une lettre recommandée avec avis de réception ou encore par adresse postale. Dès sa réception, elle est valable 30 jours au minimum. Les conditions relatives à l’offre ne seront plus modifiables pendant cette durée.

L’emprunteur dispose ensuite d’un délai obligatoire de 10 jours calendaires au minimum de réflexion. Il ne pourra faire part de son acceptation qu’après l’expiration de ce dernier. L’offre sera retournée au préteur dès le 11e jour par courrier signé et daté. Le processus de vérification du respect du délai d’acceptation de 10 jours tient compte du cachet de La Poste.

Fournir des garanties de remboursement solides

Les banques prennent un risque en prêtant de l’argent, c’est pourquoi elles exigent des garanties pour s’assurer que leurs créances seront remboursées. Avant de valider un prêt immobilier, les établissements financiers vont étudier avec attention la capacité de l’emprunteur à rembourser son emprunt. Effectivement, une partie du dossier d’un candidat au crédit est consacrée à sa situation professionnelle et financière. Pour être accepté, il doit présenter toutes les garanties nécessaires pour le bon déroulement du remboursement du capital ainsi que des intérêts. Les banques examineront alors ses relevés bancaires et autres documents justificatifs pour évaluer sa solvabilité.

Lorsque cela est nécessaire ou souhaitable (en fonction notamment d’une durée longue ou importante), certains organismes de crédit demanderont, par exemple, que soient mis sous hypothèque certains biens immobiliers dont dispose l’emprunteur, comme une maison ou un appartement. Cette pratique permettra aux banques d’être certaines qu’en cas de difficulté financière passagère affectant leur client (perte d’emploi prolongée, par exemple), elles auront la possibilité de saisir ces biens afin qu’ils soient vendus pour récupérer les sommes dues sur le contrat qui a été signé.

Il faut donc fournir des garanties suffisantes et solides aux institutions financières pour obtenir un accord favorable à la demande de prêt immobilier.

Avoir un profil emprunteur stable et fiable

En plus de la capacité de remboursement, les banques prêtent attention à un autre critère important dans l’octroi d’un prêt immobilier : le profil emprunteur. Effectivement, elles cherchent avant tout des clients fiables et stables, capables d’honorer leurs engagements financiers sur la durée du contrat. Pour cela, plusieurs éléments sont pris en compte par les établissements financiers.

Ils vont examiner avec attention la stabilité professionnelle de l’emprunteur. Un salarié en CDI aura ainsi davantage de chances d’obtenir un prêt qu’un travailleur indépendant ou un CDD qui présentera une situation moins stable aux yeux des banques. Les revenus seront aussi étudiés afin de déterminer si leur montant est suffisant pour supporter le poids des mensualités liées au crédit immobilier.

Mais ce n’est pas tout : la banque va s’intéresser aussi au profil financier général du candidat emprunteur. L’étude portera notamment sur ses autres crédits en cours (crédit auto, crédit à la consommation), mais aussi sur ses antécédents bancaires (impayés éventuels) ainsi que son taux d’endettement actuel.

Pour être considéré comme un bon profil emprunteur par les organismes financiers, il peut être nécessaire, voire indispensable, de disposer d’une épargne constituée permettant par exemple de garantir le remboursement minimum des premières années où les intérêts sont importants et de réduire sensiblement l’échéance globale du prêt immobilier.

Pour obtenir un crédit immobilier, vous devez présenter des garanties solides aux banques et avoir un profil emprunteur rassurant quant à la capacité de l’emprunteur à rembourser le capital et les intérêts dus sur toute la durée du contrat.