Le parapente : un sport de nature

La douceur du vent frais sur son visage, les jambes suspendues en plein vol plané, cette sensation d’être seule au monde tout en nourrissant son regard des merveilles de la nature. La vie de rêve de tout un tas de personnes. C’est un peu à ça que se résume le parapente. Mais nombreuses sont ces personnes qui n’ont aucune idée de ce que c’est. Retrouvez ici les essentiels sur le parapente, le jeu à la fois loisir et sport de nature.

Qu’est-ce que le parapente ?

Le parapente est un outil pour planner en forme de parachute qui permet de s’élancer de versant montagneux ou du sommet d’une falaise. Le jeu de parapente est dérivé du parachutisme. C’est ce qui lui confère sa forme de parachute. Mais notez que l’équipement du jeu de parapente n’est pas le même que celui du parachutisme. Contrairement au parachutisme, l’objectif du parapente est de se stabiliser dans l’air afin d’admirer la nature. Pour pratiquer le parapente, il suffit juste d’utiliser les courants ascendants de l’air pour prendre de la hauteur ou planer dans le vol. Le jeu de parapente est de la catégorie des vols planés. C’est un appareil capable de s’élever ou de circuler aisément dans l’air. Toutefois, vous devez voler sans dispositif motorisé ni système de propulsion aérien. Les principes du jeu sont un peu plus complexes. Cependant, vous devez les maîtriser pour mieux voler. C’est à la fois un loisir et un sport de vol libre.

A voir aussi : Mon enfant a une verrue plantaire : que faire ?

Comment faire le parapente ?

L’essentiel dont a besoin le parapentiste pour voler, c’est un voile spécifique auquel seront accrochés des suspentes qui tiennent la sellette ou le harnais. C’est-à-dire le siège du pilote pendant le vol. Pour pouvoir décoller dans un premier temps avec votre parapente, certaines conditions doivent être réunies. L’aile doit atteindre la vitesse minimale de 25km/h, associée au poids du pilote lui-même en question, il serait impossible d’atteindre cette vitesse en courant à pied sur le sol. Il est donc toujours conseillé de prendre le départ d’un versant montagneux ou du haut d’une falaise. La vitesse du vent ajouté à la sienne lui permettra d’avoir suffisamment d’élan pour prendre son envol.

Pour se maintenir dans l’air dans un second temps, le parapentiste a besoin de deux conditions aérodynamiques : la portance et la traînée.

A découvrir également : Un soi-disant Huawei P30 Pro apparaît par surprise au Mobile World Congress

La portance permet au pilote de faire voler le parapente et de le diriger convenablement. C’est un phénomène aérodynamique résultant des forces de pression créée lorsque le vent souffle et qui s’exerce sur le voile du parapente de façon perpendiculaire. C’est cela qui permet au parapente de voler en ralentissant sa chute. Le pilote a également la possibilité de changer sa direction lors du vol grâce aux deux poignes qui sont à sa disposition. Mais pour freiner le vol du parapente, vous avez besoin de la traînée. C’est la force induite par l’air qui circule au-dessus de la voile.

La traînée vous permettra de mettre fin à votre expédition. Ce rapport entre la portance et la traînée et capitale pour le choix de votre parapente, de son aile en particulier et pour un vol en toute sécurité.

Que savoir pour bien débuter le parapente ?

Lorsque vous êtes débutant au parapente, vous avez essentiellement deux choix qui s’offrent à vous. Si vous avez tout simplement envie de connaître les sensations du parapente et de profiter de son expérience éphémère, alors optez pour le baptême en parapente. Il vous permettra de découvrir ce loisir de nature et de vous évader un instant dans vos pensées les plus belles.

Mais si vous désirez en faire votre sport préféré, alors vous aurez à y consacrer beaucoup de temps et d’effort pour réussir. Néanmoins, quoique vous choisirez, vous devez tout de même y mettre de l’engagement pour bien le faire. Un stage d’initiation au parapente va également vous permettre de prendre goût petit à petit au sport, de découvrir ces bienfaits et d’en prendre les matériels requis pour la bonne pratique.